dimanche 6 juillet 2008

Photos du jour

Suite et fin de cette semaine consacrée à Pierre Dubreuil. Nous avions quitté hier le photographe au seuil de l'avant-garde. Avec Interprétation Picasso : le rapide, aux allures de collage cubiste, il est en plein dedans. La Première Guerre mondiale marque le début d'une longue période de disette photographique pour Dubreuil qui ne reprend son activité qu'en 1923. Les deux derniers clichés que je vous présente datent de cette époque et montrent à quel point le photographe parvient à assimiler les apports surréalistes tout en conservant la singularité de son regard. En 1935, la Royal Photographic Society de Londres consacre au photographe une exposition rétrospective. Un tel événement mériterait d'être renouvelé.



1. Pierre Dubreuil, Interprétation Picasso : le rapide, vers 1911, procédé aux encres grasses et réhauts à la mine de plomb.



2. Pierre Dubreuil, L'Aviateur, vers 1928-1933.



3. Pierre Dubreuil, Les Lunettes, vers 1928-1933.


2 commentaires:

  1. c'est ma préférée : quelle modernité !

    RépondreSupprimer
  2. Pourquoi l'aviateur me fait-il penser à Man Ray ?

    RépondreSupprimer